COMMENT VAINCRE LE SYNDROME DE L’IMPOSTEUR ET ÉCRIRE VOTRE PROPRE SUCCESS STORY

Dans mon travail de coaching, je rencontre très souvent des clients qui veulent entreprendre ou développer leur business mais qui hésitent à se lancer ou sortir de leur zone de confort pour faire éclore leur business. Et après avoir poussé mes recherches plus loin, je me suis rendue compte que l’une des causes de l’hésitation c’est le syndrome de l’imposteur.

Le syndrome de l’imposteur est un sentiment d’illégitimité, d’être indigne des promotions, compliments et autres lauriers que nous recevons, qui nous fait craindre le jour où le monde entier réalisera que nous sommes sans valeur et que nous occupons une certaine place ou position par erreur. C’est un doute permanent en ses capacités, compétences même quand on a les aptitudes requises.

Souvent on se dit que parce qu’on vient de commencer sur le marché on ne fait pas le poids face à nos prédécesseurs qui ont commencé bien longtemps avant nous. Ce qui fait qu’avant même d’avoir commencé on a une projection négative, voire d’échec de ce qu’on veut mettre en place.

C’est dans cette optique que je voudrais encourager les porteurs de projets, les entrepreneurs à se lancer sans aucune crainte ni sentiment d’illégitimité.

Il y a quelques années en France, 3 opérateurs étaient sur le marché : Orange, SFR, BOUYGUES Telecom. Ils étaient installés depuis longtemps.  Mais cela n’a pas empêcher Xavier Niels qui est venu révolutionner le marché de la télécommunication. Vous pouvez donc remarquer avec moi que Xavier Niels ne s’est pas laissé intimider par ses prédécesseurs qui avaient déjà de l’influence. Il a cru en sa vision, s’est imposé et fait grandir son influence.

S’il s’était laissé emporter par le syndrome de l’imposteur, le sentiment d’illégitimité, le dénigrement de soi… il n’aurait jamais réalisé son rêve, sa vision. Mais il a démocratisé la télécommunication en France en commençant tout petit et grandissant progressivement.

Ce que j’essaie d’expliquer c’est qu’être ancien dans un domaine ne veut pas dire avoir le monopole de la connaissance.

Ce qu’il faut impérativement comprendre c’est que chacun de nous a des saisons. Si tu as un rêve, un projet qui brule à l’intérieur de toi, c’est sûrement pour apporter une nouvelle solution à ce qui existe déjà. Les experts d’aujourd’hui ne sont pas nés experts, ils le sont devenus et ils ont été aussi débutant à une saison. Ce n’est pas parce qu’il y a de grands experts dans un domaine que nous n’avons pas notre partition à jouer, au contraire.

Très souvent on n’a pas besoin d’inventer la roue, on vient améliorer, révolutionner ce qui existe déjà et l’adapter à la nouvelle génération. La compréhension de ces choses enlève toute peur d’illégitimité.

Le monde ne va pas se refaire, le monde ne sera pas recréé, mais à chaque saison, il sera amélioré sur la base de ce qui existe déjà.

Dans chaque domaine il y a toujours des personnes avant nous et il y en aura après nous. Chacun vient selon sa saison et avec un potentiel qu’il ne doit pas négliger car même si on est dans un domaine où nous avons des prédécesseurs plus compétents que nous, nous devons avoir à l’esprit qu’ils ne sont pas nés experts mais le sont devenus. Cela nous permettra de lâcher la pression et d’apprécier le processus qui nous est offert vers notre succès.

Tout le monde commence débutant et fini par être un jour expert. Il ne faut surtout jamais mépriser ses capacités et talents parce qu’on est débutant dans un domaine. On devient expert à force de répéter une action. La règle des dix mille heures explique qu’on devient expert en pratiquant la même chose pendant 10.000 heures dans une discipline ou dans un domaine. Ceci étant, n’ayons pas peur de commencer au bas de l’échelle, mais travaillons pour être expert dans nos domaines respectifs.

Nos prédécesseurs travaillent selon leur saison qui passera, et ceux qui sont dans l’ombre finiront aussi par en sortir.

Il faut comprendre que tout est question de saison et chacun doit profiter pleinement de sa saison en laissant de côté toutes frustrations.

Personne n’a une saison éternelle. Ce qui créé des frustrations c’est le fait de ne pas vivre à fond sa saison, de ne pas en profiter pleinement. On n’a pas les mêmes opportunités deux fois, alors si c’est ta saison, vas-y à fond et vis la pleinement tout en préparant la relève.

Tout ceci t’évitera de te sous-estimer et de vivre dans le perfectionnisme.

Maintenant je voudrais partager avec toi 5 secrets pour se débarrasser du syndrome de l’imposteur.

Le syndrome de l’imposteur n’est pas une fatalité, c’est juste comme une maladie curable. Comment s’en débarrasser ?

1) Cesser de vouloir plaire à tout le monde

Le syndrome de l’imposteur est une manifestation d’une faible estime de soi. La personne qui en souffre a donc une vision déformée du regard que les autres portent sur elle, qui traduit, bien souvent, la façon négative dont elle se perçoit elle-même. Le premier pas vers la libération est donc de cesser de vouloir plaire à tout le monde.

Les personnes qui ne se reconnaissent de valeur que dans le regard de l’autre ont tendance à croire que les autres en question passent un temps considérable à les observer, à les évaluer. Ce ne sont pas les autres qui nous sous-évaluent, c’est nous-mêmes. En d’autres termes, nous pouvons nous économiser l’inquiétude du regard des autres.

2) Développer une réponse nouvelle à l’échec et aux erreurs

Comme l’affirmait Henry Ford,

« l’échec n’est qu’une occasion de recommencer plus intelligemment »

Apprends à valoriser le fait de te tromper, et à le percevoir comme une opportunité pour progresser et te perfectionner.

Ris de tes erreurs, qu’elles soient un tremplin vers la réalisation de tes objectifs. Valorise le fait de te tromper car tu es un être humain pas un robot.

3) Arrêter de courir après la perfection

Il te faut apprendre à admettre que tu n’as pas besoin d’être excellent en tout pour mériter ta place, la reconnaissance ou l’amour que l’on te porte.

Apprends à être tolérant avec toi-même et à te traiter avec bienveillance, tu ne seras jamais parfait car la perfection n’existe pas.

Acceptes ton niveau, valorise-le et prends le temps pour grandir progressivement.

4) Apprendre à accepter les compliments

Lorsque par exemple notre patron fait l’éloge de nos réussites, on a souvent tendance à en minimiser l’importance.

Mais revenir à ce que nous avons accompli, c’est se donner l’autorisation de réintroduire une dimension de plaisir.

Ce que nous avons accompli nous permet de renforcer l’estime de soi.

La valorisation se trouve aussi dans les petites choses du quotidien, les compliments qu’on se fait à soi-même et que les autres nous font.

 Alors je te suggère de prendre note de tes réussites aussi petites qu’elles soient et des témoignages d’appréciation que tu reçois. Cela te sera d’une précieuse aide.

5) Booster sa confiance en soi

Le syndrome de l’imposteur vient d’un grand manque de confiance en sa personne, en ses capacités, en ses compétences… C’est un doute permanent en ses talents, compétences et ceci, même quand on a les aptitudes requises.

Et c’est pour cela qu’il faut absolument doper sa confiance en soi pour en sortir.

Pour t’aidera, je te propose ma formation COMMENT REPRENDRE CONFIANCE EN SOI En somme, reconnaître ses succès et nuancer les jugements que l’on porte sur soi-même est un travail de longue haleine. Pour beaucoup d’entre nous, c’est même un combat quotidien. Mais la récompense vaut largement les efforts réalisés.

Elvira BIKOUA